E V A F I N E
expertise en création de valeur

RETOUR... AGEFI... SUITE

Accueil

Revue de presse

Conférence d'information

Le GUIDE de la Création de valeur

Enregistrement

Calendrier des formations

Les livres de la
Création de Valeur

Logiciel Financia pour la création de valeur

Téléchargement

Présentation EVAFINE

Outil de diagnostic

Nous écrire

CREATION DE VALEUR VS. INTERET SOCIAL DE L'ENTREPRISE
Félix BOGLIOLO

Pour traiter de ce sujet, il est nécessaire que je revienne, une fois encore, au fondement de ce qu'est une entreprise.
Des investisseurs ont confié leur épargne en gestion à des dirigeants afin que ces derniers l'investissent dans des projets offrant des perspectives intéressantes pour les premiers. Ce n'est qu'à cette condition que les premiers ont accepté de courir le risque de se dessaisir de leur épargne. Voilà la vraie nature économique d'une entreprise !
Cette définition d'une entreprise expose clairement la relation de mandat existant entre des mandants-investisseurs et des mandataires-dirigeants. L'objet du mandat est la gestion par ces derniers de l'épargne des premiers. Le but du mandat est de faire fructifier la dite épargne. Rendre des comptes revient donc pour les dirigeants à expliquer quelle a été la Création de Valeur qu'ils ont ajoutée aux capitaux qui leur ont été confiés en gestion par les investisseurs. Contrôler 'leurs' dirigeants revient donc pour les investisseurs à mesurer cette Création de Valeur.
La finalité unique de l'entreprise est donc bien la Création de Valeur !
D'aucuns affirment que cette finalité, pour importante qu'elle soit, n'est pas la seule. Selon les tenants de cette 'autre vision de la firme', l'entreprise, une fois constituée, en tant que personnalité morale indépendante de ses actionnaires, aurait à considérer, aussi et peut-être même avant tout, d'autres parties prenantes : clients, fournisseurs, personnel, société en général, ... Cette thèse de l'intérêt social de l'entreprise a été reprise à son compte par le premier rapport Viénot. Tout semble indiquer que le deuxième rapport continuera sur la même lancée en dépit du fameux : errare humanum est, perseverare diabolicum …
Il ne rentre pas dans ma philosophie de mépriser ces autres parties. Cependant, je suis de l'opinion que la satisfaction réelle et à long terme de ces autres parties passe, avant toute autre considération, par la performance économique de l'entreprise. La satisfaction de ces autres parties ne sont que des moyens d'aboutir à la finalité de l'entreprise. Il ne faut pas confondre fin et moyens : la fin est unique, les moyens sont multiples.

 

En effet, quel type d'entreprise offrira le plus de satisfaction à ses clients : celle qui sera toujours là pour assurer son service après-vente ou celle qui aura disparu entre-temps ? Quel type d'entreprise aura tendance à réduire ses dépenses de recherche et développement, synonymes de nouveaux produits ou de produits meilleurs et moins chers : une entreprise en bonne santé ou bien une entreprise en difficulté ?
Avec quel type d'entreprise un fournisseur arrivera-t-il à développer un partenariat satisfaisant : avec une entreprise non rentable ou bien avec une entreprise performante ?
Dans quel type d'entreprise trouvera-t-on les plus graves problèmes d'hygiène et de sécurité : dans une entreprise créatrice de valeur ou bien dans une entreprise destructrice de valeur ? Dans quel type d'entreprise, le personnel prendra-t-il le plus de plaisir à travailler : dans une entreprise in malis ou bien dans une entreprise saine ?
Quel type d'entreprise sera le plus respectueux de l'environnement ou d'une certaine éthique professionnelle : une entreprise en perte ou une entreprise profitable ?
Au niveau macroéconomique, les études menées dans différents pays tendent d'ailleurs à montrer qu'il existe une corrélation très forte entre le niveau d'emploi d'un pays et la Création de Valeur des entreprises de ce pays. Plus les entreprises sont performantes et moins il y a de chômage : résultat contraire à la croyance populaire !
Cette énumération devrait suffire au lecteur pour comprendre que, bien évidemment, le manque de respect pour les investisseurs va de pair avec un manque de respect pour les clients, les fournisseurs, le personnel ou la société en général. Réciproquement, l'intérêt bien compris des investisseurs impose que leur respect s'accompagne aussi du respect des clients, des fournisseurs, du personnel et de la société.
La Création de Valeur est donc non seulement la finalité essentielle de l'entreprise pour satisfaire ses investisseurs, mais elle est aussi la seule manière de satisfaire les autres parties prenantes de l'entreprise : clients, fournisseurs, personnel, société en général. La gestion par la valeur est donc une méthode idéale à la disposition des dirigeants d'une entreprise pour apporter de l'intérieur de l'entreprise qu'ils gèrent une réponse au problème du 'gouvernement d'entreprise'. Cela rendra inutile l'apport d'une réponse plus traumatisante de l'extérieur : conseil d'administration ou assemblée des actionnaires.
Les tenants de l'intérêt social de l'entreprise me font penser aux hommes politiques dont les promesses électorales n'engageraient que ceux qui veulent bien les écouter, comme a dit l'un d'entre eux. Cette thèse revient en effet à ce que, aussitôt élu en Assemblée Générale, un PDG tienne le discours suivant " Mesdames, Messieurs, je vous remercie de la confiance que vous m'avez exprimée en me désignant à ce poste pour gérer votre épargne durement accumulée à la sueur de votre front. Cependant, maintenant que vous m'avez élu, je tiens à vous informer que je prendrai en considération vos avis exactement au même titre que tous les autres qui parviendront à mes oreilles : des clients, du personnel, des fournisseurs, de la société en général. Tant pis, si pour accéder aux desiderata de ces autres parties, je nuis à vos intérêts et vous vous appauvrissez. Allez, montrez-vous généreux, que diable, pensez à tout l'enrichissement qu'auront fait en votre lieu et place ces autres parties : les clients à qui nous auront vendu des produits de trop bonne qualité pour le prix qu'ils étaient prêts à payer ou les fournisseurs à qui nous auront acheté des prestations plus cher que ce qu'elles valaient ou les employés à qui nous aurons attribué des rémunérations plus élevées que ce que leur travail produisait ou etc. ".
La vie économique des entreprises d'un pays est trop importante pour qu'elle soit menée comme la vie politique. L'intérêt social de l'entreprise ne doit pas servir d'excuse à sa médiocre performance.

{case3}   {case4}

EVAFINE
EXPERTISE EN CREATION DE VALEUR
LA SEULE SOCIETE DE CONSEIL FRANÇAISE EXCLUSIVEMENT CENTREE SUR LA CREATION DE VALEUR
3, rue Michel Voisin - 92330 Sceaux - France
Tél. : 33-(0)1 40 91 93 00
e-mail : info@evafine.com
S.A. au capital de 250.000 F - RCS Nanterre B 352 850 432 - SIRET 352 850 432 00019 - TVA FR 08 352 850 432 - APE 741 G
©1999